Jour 58 : à 15:32 (heure locale)

27 mars 2016 :
Dimanche 27 mars 2016 :
Me voilà de retour du treck de 8 jours au Tepuy Roraima, cet endroit incroyable qui date de deux mille millions d'années, et s'est formé lors de la séparation des continents américain et africain.
C'est, paraît-il, l'endroit le plus ancien de la planète ; et quand on est au sommet on se croirait sur une autre planète.
Trois jours pour l'approcher et le gravir, trois jours pour l'explorer et deux jours pour redescendre.
La veille du départ nous nous sommes tous retrouvés à Paraitepuy le village des Pemons - des indigènes de la région Canaima - d'où partent les excursions et où nous avons dormi.
Au total 25 personnes dont 8 jeunes étudiants de Maracaibo, 3 copines, un couple frère/sœur (Juan Luis et Rachel), un autre ami/amie (Sergio et Maria Andreina) 3 couples (Léo et Marifer ; Miguel et Patricia ; Alfredo et Ivonne). Nous étions 4 à être seul : Karla, Omar, Guilermo et moi. Tous des vénézuéliens sauf Guilermo qui est mexicain.
Je suis de loin la plus âgée car la majorité n'atteint pas 30 ans et un ou deux frôlent la quarantaine.
La majeure partie va faire le treck de 6 jours et nous sommes huit à le faire sur 8 jours. Nous ne nous séparerons que le quatrième jour.
Pour encadrer, porter le matériel de cuisine, les tentes et la nourriture pour tout ce petit monde, nous avons deux guides : Juan et Juan ; deux cuisiners (qui sont aussi porteurs) : Asunción et Carmelo, et 6 autres porteurs dont Miguel et Virgile qui resteront avec nous ainsi que Carmelo.
Les porteurs - tous des Pemons - portent plus de 22 kg et certains peuvent avoir une charge pouvant aller jusqu'à 45 kg. Ils peuvent sortir jusqu'à 4 fois par mois. De nombreuses femmes portent aussi.

Dimanche, nous ne partons qu'à 8 heures car le parc n'ouvre pas avant et nous devons nous enregistrer et payer l'entrée (300 bolívars).
Le soleil brille et il va vite faire très chaud. Cette première étape de 12 km, avec déjà quelques montées, nous conduit jusqu'à notre premier campement, le Camp Kamaiwa Ken, situé à 1040 mètres d'altitude. Des notre arrivée nous allons tous nous rafraîchir dans le Rio Kukenan. Évidemment, le groupe s'étire puisque tout le monde n'a pas le même rythme. C'est une étape moyenne de 4 à 5 heures.
Je partage la tente avec Karla. Comme nous ne sommes pas encore très haut, il fait bon.
Le lendemain réveil à 6h30 car le petit déjeuner est servi à 7 heures afin de partir au plus tôt pour arriver au camp de base. Cette étape ne fait que 8 km mais le temps estimé est le même ; c'est dire qu'on commence à monter sérieux !
Il est évident que nous ne sommes pas seuls au camp de base ; de plus nous entamons la Semaine Sainte qui est une période de vacances.
Nous sommes au pied du Roraima, à 1800 mètres d'altitude, et il nous domine du haut de ses 2800 mètres, avec sa falaise abrupte de plus de 800 mètres.
De là, face à nous se dessine le chemin que nous allons emprunter demain, et sur la gauche, celui qui nous amènera au sommet. Rien qu'à regarder, je me demande comment je vais pouvoir gravir ça avec 10 kg sur le dos !
Nous avons une vue dégagée sur la Gran Sabana et assistons à un magnifique coucher de soleil. Ce soir, la lune est presque pleine ; c'est agréable car le soleil se couche tôt.
Chaque jour, l'équipe nous prépare de délicieux petits déjeuners et repas chauds.
Depuis le début, les groupes se forment par affinités : les 8 Maracaibiens avec les 3 jeunes filles et nous autres qui formons le groupe "Radical". Je trouve les petits jeunes très sympathiques ; Miguel les a surnommés "marijuana land" car ils fument des pétars dés le matin pour ne pas ressentir la fatigue.
Commentaires
Chargement des commentaires
Nouveau commentaire


Dernière mise à jour le samedi 2 avril 2016 à 19:18:11 UTC+2 - Signaler cette étape