Jour 14 : à 16:47 (heure locale)

Le jour tant attendu est la !

Le réveil sonne à 6h, petit déjeuné copieux et Check du sac à dos : fait !

Nous avons droit à un briefing : le retour est prévu à 3 heures et interdiction de louper la navette. La randonnée fait environ 7 heures sans le mont Ngauruhoe, qui est déconseillé à 99%.

Bref nous partons en direction du camps de base pour le départ. La navette nous récupérera à l'arrivé, située de l'autre côté de la montagne.
Il y a énormément de monde ! Normal pour une des meilleurs randonnées au monde sur une journée, surtout que le temps est absolument fabuleux : pas un nuage à l'horizon.

Je suis prêt à en découdre, le compétiteur qui est en moi prend le dessus.

Des le départ le rythme est soutenu, mon groupe est déjà derrière et je passe mon temps à passer les gens. La 1ère partie est assez facile, cela grimpe doucement, parfait pour s'échauffer les muscles.

Arrive ensuite la montée sur le plateau, sous forme d'escalier. Cela devient plus ardue mais j'ai en tête ce mont Ngauruhoe et ses 2287 mètres alors que nous avons commencé à 1130 mètres.
Je dois absolument gagner du temps sur la 1ère partie si je veux le gravir et attraper le bus de retour.

Après une bonne heure, je l'aperçois clairement, un volcan comme on l'imagine. J'arrive à l'embranchement pour le gravir. Un panneau annonce 3 heures... il va falloir le faire en deux.

Le chemin n'est plus, alors que tout était bien fait jusqu'ici : des marches, un chemin balisé etc... la ce n'est plus pareil il y a quand même des bâtons qui indique un semblant de destination à suivre.

La 1ère partie de l'ascension est ardue mais ça va, j'avance plus lentement mais sûrement. D'en bas on se dit, ok c'est raide mais ça va le faire!

Mais quand j'attaque la deuxième partie, celle qui est vraiment raide ou plusieurs chemins sont possibles, ce n'est plus pareil. Je choisis alors le chemin de droite (ce qui s'avérera une erreur) comme beaucoup.
J'avance dans une sorte de sable volcanique, chaque pas s'enfonce, n'est pas stable, pas sur et la progression devient épuisante.

Le rythme est de 3 pas pour 30 secondes de repos.... incroyable. Sûrement l'altitude... et c'est pour tout le monde pareil. D'autres personnes empruntent un chemin différent, plus stable mais avec des roches. Et c'est la le souci.
Tellement la pente la raide, lorsqu'une personne prend appuie sur une roche pas stable, celle ci se décroche et commence à dévaler la pente tel un projectile.
On entends alors les gens crier : "rocks !" Pour prévenir ceux d'en bas.

C'est à ce moment qu'on prend conscience qu'il y a des risques et que ce n'est plus un jeux. J'ai croisé une nana complètement à bout de force et avec la peur au ventre. J'ai essayé de la rassurer mais sans succès....

Ou encore un autre toulousain qui était la, assis dans la montée comme il pouvait, avec son énorme sac à dos ! Il voulait s'entraîné qu'il me dit.... c'est un peu comme faire un marathon pour s'entraîner à un 10km.
Je le croiserai à nouveau, à peine 20 mètres plus haut, lors de ma descente...

Après une bonne heure d'effort je passe ce terrible passage et arrive enfin sur de la "terre" meuble ou plutôt des rochers. Je prendrai mon temps pour tester la stabilité de chaque rocher avant d'y mettre le pied afin d'éviter de l'envoyer dans la figure de quelqu'un.

Le passage que j'ai emprunté est en faite celui de la descente.... ils auraient pu mettre un panneau ces idiots !!

Bref encore 20min d'effort et j'atteins enfin le sommet...du cratère !

La vue est époustouflante.. au dessus des nuages. Je vois alors les trois lacs aux couleurs différentes. Plus loin un mont enneigé.... je vous laisse profiter des photos pour juger par vous même.

Je prendrais 10min pour me restaurer à 2281 mètres mais il est déjà temps de repartir.

J'ai ma petite idée pour la descente... je reprend le même chemin fait de sable volcanique et comme je le pensais, mes pieds glisses. Il suffit alors de faire d'énormes pas, contrôler la glisse (tomber sur le cul ^^) et en à peine 15 min me voilà en bas. Incroyable !

Je peux enfin me dire, je l'ai fait.

Maintenant l'heure est comptée, il me faut poursuivre la randonnée et rattraper mon temps perdu.

Le chemin s'engage dans une plaine qui resemble a mars, de la roche partout et aucune vie...

Ensuite j'entame une nouvelle montée en essayant de garder un bon rythme mais mes jambes me font un rappel à l'ordre .. des crampes arrivent. Il est temps de prendre son temps et de boire.

Je découvre alors le cratère rouge qui est.... rouge ahah. Puis le lac émeraude et enfin le lac bleu. Des fumeroles en décors et bien sûr l'arrière plan laisse rêveur avec des vues sur l'horizon.

Je rattrape le temps perdu... c'est gagné pour la navette du retour mais ce n'est pas encore fini.

La descente de l'autre côté est fastidieuse... sinueuse.. j'en vois pas la fin.. jusqu'à que le décors change et que d'un coup me voilà à me balader dans une forêt luxuriante.

Une belle journée se termine.
Commentaires
Chargement des commentaires
Nouveau commentaire


Dernière mise à jour le mercredi 22 février 2017 à 05:07:25 UTC+1 - Signaler cette étape