Jour 183 : à 19:00 (heure locale)

J'avais lu que cette petite ville avait été un grand lieu de fêtes pour backpackers, mais que ce n'était plus le cas, ce qui m'a motivé pour my rendre car il semblait, et ça s'est avéré tout-à-fait exact, que les paysages valaient le détour. Cependant arrivé là-bas, je trouve, certes un décor superbe, on y reviendra, mais aussi une petite ville bondée de jeunes touristes, en surnombre par rapport aux locaux, sans aucun intérêt architectural, et dont les seuls commerces sont des agences de voyage, des bars, des restaurants, et des guest houses. En tant que bon vieux con qui se respecte, j'ai soufflé, gromelé, râlé dans ma barbe d'imberbe,tout en cherchant un endroit qui offre des dortoirs pas chers. À peine arrivé, je savais que je n'allais pas faire de vieux os dans le coin, mais le lendemain je me suis trouvé un vélo tous-terrains et suis parti découvrir la superbe des montagnes karstiques qui dominent la petite ville, de l'autre côté de la rivière. Le paysage est magnifique et les environs regorgent de grottes et de coins de baignade. Si les tour operators proposent montgolfière, kayak, ulm, buggys, et autres activités sûrement intéressantes mais pas données, je ne regrette pas un moment de m'être juste cantonné au vélo-rando, car le coin offre une multitude de petits chemins de terres ou de cailloux au bout desquels tu peux abandonner sans risque ton vélo et continuer à pied, pour gravir les pics rocheux ou remonter le lit d'une rivière asséchée qui traverse la jungle, et dans ces coins tu es seul et peux marcher tout ton saoul sans croiser un autre touriste. Les pois rocheux sont faits de ce qui ressemble à du silex, et si la vigilance s'impose en marchant au milieu des arêtes affutées, cela donne des parois striées, comme un empilement magnifique et oblique de feuilles de roches grosse veinée de blanc. Je me suis amusé un long moment au sommet d'un pic avec ces lamelles de roche qui sonnent comme des cloches quand tu tapes dessus, chacune ayant son échantillon de notes selon les endroits où tu tapes. L'instrument est certes difficile à reproduire et un peu encombrant, mais j'ai trouvé ici un don que je n'ai jamais entendu ailleurs ( les colonnes musicales de Hampi peuvent aller rougir dans un coin).
De retour en ville je découvre qu' une fois passée la première impression de station balnéaire, la ville offre quand-même un intérêt autre que ses montagnes, qui est la jolie rivière qu'elle suit, toute en longueur qu'elle est, et que tu peux trouver là multiples restaurants et bars, dotés de terrasses avec vue imprenable sur le coucher de soleil derrière les ombres crantelées des karsts. un certain nombre de petits points en bois permettent de passer d'une rive à l'autre pour peu que tu préfères notre un verre sur les terrasses flottantes faites de palettes. Au final le décor qu'offre la ville l'emporte sur tout le reste et fait de Vang Vieng un évident incontournable laotien.
J'ai d'ailleurs passé ici une soirée mémorable bien que peut-être un peu trop orgiaque avec la seule famille qui tenait un petit bar sur une île au milieu de la rivière: la fratrie laotienne un peu frustrée de voir partir si tôt ses quelques clients, s'est réunie autour de moi, me payant autant de verres que j'en commandais, et si j'ai fini dans une état d'alcoolémie notable, j'ai passé là une excellente soirée entouré de laotiens seulement.
Le lendemain a été un peu trop dur pour être très actif, mais c'est sans regret sur mon séjour ici que je quitte Vang Vieng pour me rendre un peu plus au nord à Luang Pragan.
Commentaires
Chargement des commentaires
Nouveau commentaire


Dernière mise à jour le jeudi 24 novembre 2016 à 10:57:05 UTC+1 - Signaler cette étape