Jour 297 : au

C'est après ma demi-journée de plongée que j'ai retrouvé Viviane afin de rejoindre le port d'Abrao pour y prendre un bateau qui nous emmena à Angra Dos Reis, où nous trouvâmes facilement un bus pour aller à Paraty. Nous n'avions pas arrêté grand-chose quant-au programme après Ilha Grande, mais nous nous sommes laissé convaincre sur le fait que Paraty est une courte étape à ne pas manquer, et nous n'avons pas été déçu. Arrivés en début de soirée, nous découvrons un village calme, où l'ambiance semble être une transition parfaite pour un retour à la civilisation en douceur. Ilha Grande était en effet totalement dépourvue de routes et de véhicules à moteur (en dehors des bateaux, bien entendu), et c'est avec plaisir que nous constatons que la vieille ville de Paraty en est quasiment vide elle aussi. Cette bourgade est centrée autour d'une zone historique coloniale bordant la mer où l'on ne circule qu'à pied dans des ruelles dont le pavage pluricentenaire totalement irrégulier est fait de grosses pierres aux formes et tailles complètement disparates, longées par de vieilles maisons à un ou deux niveaux d'architecture portugaise. La mer et la pluie inondent sur toute leur largeur certaines de ces rues au charme atemporel, reflétant les façades blanches et leurs huisseries colorées.
Au fond de sa baie où mouillent des bateaux multicolores, la petite ville borde une mer calme de ses plages blanches, et l'ambiance ici se prête totalement à la lenteur et aux déambulations sans autre but que celui de rentrer parfois dans une boutique d'artisanat natif pour échapper quelques minutes à la chaleur écrasante, ou de se rafraîchir en sirotant une bière à une terrasse ombragée en se laissant bercer par la douceur des bossas novas toujours jouées dans quelque restaurant, et qui errent dans les rues en se répercutant d'un mur à un autre.
Les quelques 36 heures que nous avons passées ici furent une vraie cure de douce torpeur dans un décor qui transporte dans d'autres âges, lentement, et vous englobe dans une apathie délicieuse où les minutes et les heures se mélangent et se ressemblent comme des sœurs amies. Nous quittons maintenant cette bulle hors du temps pour nous diriger vers le parc naturel d'Itatiaia, plus au nord et dans les terres, afin d'y découvrir une facette plus rurale du Brésil.
Commentaires
Chargement des commentaires
Nouveau commentaire


Dernière mise à jour le mercredi 15 mars 2017 à 15:16:07 UTC+1 - Signaler cette étape