Jour 171 : à 21:00 (heure locale)

S'y retrouver avec les capitales birmanes n'est pas si simple: Mandalay fut la capitale pendant des siècles, jusqu'à l'arrivée des anglais qui virent en Yangon ville portuaire une capitale plus adaptée à leurs exigences commerciales, jusqu'à ce que le pays libéré de ces derniers décide un jour de créer une nouvelle capitale, à la Brasilia, moderne, démesurée peut-être, pleine de promesses, mais qui finalement se trouve limitée à sa seule fonction administrative.
Mandalay est donc sans aucun doute la capitale culturelle du pays, chargée de son passé glorieux, centrée autour du carré énorme de l'enceinte du palais royal, caché derrière des douves et des murailles impressionnantes. La ville est aussi dominée par une colline sur lequel serpente un long escalier couvert qui monte de temple en temple jusqu'au sommet où une vue imprenable sur la ville vous attend. Depuis quelques semaines je ne vois pour seuls monuments historiques que des pagodes pour lesquelles j'avoue ne plus me déplacer et me contenter seulement de les apprécier au sein du paysage, sachant d'avance que seule la contemplation d'une nouvelle statue de bouddha dans un décor très austère recompenserait ma curiosité de my rendre. J'ai donc été ravi ici de découvrir des palais, et des forts, même en ruines. Une journée à vélo m'aura suffit pour découvrir les beautés de la ville en elle-même, aussi le second jour ai-je loué un scooter pour aller voir les sites environnants. Ce fut la premier fois de la vie que je conduisait un engin semi-automatique, c'est-à-dire avec des vitesses à passer au pied, et si je me pensais maintenant rodé du deux-roues, j'ai viré déchanté en réalisant que c'était loin d'être aussi simple à gérer que je ne l'avais pensé, du coup le moteur à vrombi à marines reprises et mes départs ressemblaient à des séries de petits sauts, ce qui me valut des regards des gens autour de moi allant de l'amusement à la méfiance en passant sûrement par la sidération. J'ai tout de même réussi à dompter la bête afin de lui faire avaler les quelques 60kms nécessaires pour aller voir le site archéologique de Inwa, puis le fameux pont U Bein (reposant sur une structure de poteaux assemblés en forme de U renversés),traversant sur un bon kilomètre le lac Taungthaman, afin d'y assister au coucher de soleil (étape immanquable).
Mandalay est donc sûrement la seule ville du Myanmar qui vaille de s'y arrêter pour la visiter, qui arrive à se moderniser tout en préservant et en mettant en valeur son patrimoine, ses quelques petits canaux bucoliques, et mariant dans les mêmes zones baraques en tôles et maisons bourgeoises cernées de barbelés, sans qu'on puisse vraiment dire quand s'est faite la transition.
Mandalay était ma dernière étape birmane, et je m'apprête à prendre le bus de nuit pour Yangon, afin d'aller doucement au Laos en passant à nouveau par la Thaïlande, car c'est le seuil moyen de passer de l'un à l'autre, la frontière entre les deux étant bloquée par le triangle d'or.
Commentaires
Chargement des commentaires
Nouveau commentaire


Dernière mise à jour le samedi 19 novembre 2016 à 11:23:03 UTC+1 - Signaler cette étape