Jour 187 : à 22:15 (heure locale)

Luang Pragan est certainement le lieu le plus touristique du Laos, et j'avoue avoir eu du mal à comprendre pourquoi. Le coin est assez joli, mais rien de comparable avec Vang Vieng par exemple, et il n'offre que peu de choses à voir. Au programme, des temples et des cascades, exactement ce dont j'avoue être lassé ( avec la conscience de combien donneraient pour prendre ma place). Mais objectivement la ville est très agréable, située sur une presqu'île formée par le Mekong et un de ses affluents venant ici s'y jeter, elle est quasiment fermée à la circulation pour bonne partie, ce qui lui donne une ambiance très particulière avec ses maisons traditionnelles auxquelles se mêlent de vieilles bâtisses coloniales, et ses temples très nombreux et pour beaucoup très anciens. Le matin ici comme partout en Asie bouddhiste, les moines sortent pour demander l'aumône aux habitants qui donnent qui du riz, qui des légumes ou de la viande, voire de l'argent ou des friandises, mais le nombre de temples et monastères actifs ici par rapport à la taille de la ville (20000 habitants, je crois) met cette tradition particulièrement en évidence.
Je suis arrivé ici avec une forte envie de laisser couler le temps, et la fascination qu'a eu sur moi le Mekong m'a clairement maintenu dans cette dynamique ( ou non-dynamique devrais-je dire), et en trois jours, je ne suis donc pas sorti de la ville qui offre le calme, et surtout des accès nombreux au Mekong qui la suit sur toute sa longueur. Je ne saurais pas vraiment expliquer ce qui m'a fasciné dans ce fleuve large à l'eau brune, peut-être la manière dont les bateaux, qui sont ici des longues pirogues couvertes de plusieurs dizaines de mètres, se laissent porter pour faire demi-tour, gracieusement emmenés à la perpendiculaires du courant, sans un bruit, ou peut-être est-ce cette brume particulière qui se lève la nuit et plonge l'endroit dans une fraîcheur automnale rare à ces latitudes jusqu'en fin de matinée, puis disparaît et laisser au reste de la journée une ambiance totalement différente, très chaude et humide ; à ce moment de la journée les forêts qui semblaient montagnardes le matin reprennent leur allure de jungle dense et mystérieuse.
Outre le nombre de touriste bien trop important dû à son classement au patrimoine mondial, Luang Pragan offre une ambiance incomparable, entre deux époques, entre deux climats, entre deux cultures (voire bien plus !).
Je n'y ai donc rien fait de particulier, mais m'en suis délecté, et si le premier jour je me demandais ce que pouvaient venir voir tant de monde ici, le dernier je savais que c'est cette si singulière atmosphère que Duras aurait sûrement mieux dépeinte que moi.
Commentaires
Chargement des commentaires
Nouveau commentaire


Dernière mise à jour le mercredi 23 novembre 2016 à 11:17:41 UTC+1 - Signaler cette étape