Jour 20 : à 20:00 (heure locale)

J'étais un peu septique hier, mais mon expérience de la Campania m'a appris à attendre le lendemain pour me faire une idée de l'endroit où je suis, surtout après une journée de voiture. Et j'ai bien fait. La province de Lecce est très belle, vraiment. Enfin si on aime la fiche calcaire qui resplendit au soleil, les oliviers, et les lauriers, parce que c'est à peu près tout ce qu'il y a. L'intérieur de la péninsule, ce ne sont que des oliveraies, comme je le disais, à perte de vue. La côte, elle, est assez différente de celles que j'ai vu avant. Déjà, c'est un peu le bout du monde, ce qui en fait un lieu un peu préservé du tourisme de masse et des marinas que les italiens aiment tant, bref c'est sauvage et authentique. Ici ce ne sont pas de longues plages privatives, mais de petits bancs de sable cachés entre deux bouts de falaise, pas hautes mais arides, sans arbre, juste de la roche, blanche. Les villages sont normaux, habités par de vrais gens, et pas travestis pour le tout-tourisme.
Une fois passée la partie sud (sous Lecce en gros), tout ça devient plus quelconque, alors j'ai pris la route vers le nord.
Je me suis arrêté non loin de Foggia, ne sachant pas trop si je dois encore dans les Pouilles ou déjà dans le Molise. Après des centaines de kilomètres de plaine, on arrive face à des montagnes qui ont l'air de sortir littéralement de terre, telles une immense barrière, et ces montagnes vont se jeter dans la mer: c'est là que je suis ce soir.
Commentaires
Chargement des commentaires
Nouveau commentaire


Dernière mise à jour le lundi 13 juin 2016 à 14:27:22 UTC+2 - Signaler cette étape