Jour 292 : au

Nous avons fini par prendre la route, Viviane et moi, en route pour Angra Dos Reis, sur la Costa Verde qui s'étale à l'ouest de Rio, une côte superbe de montagnes couvertes de forêt tropicale atlantique qui se jettent dans la mer, où des ilots par centaines découpent le plat horizon. Le temps encore une fois n'est pas au mieux, de vent et de pluie quand nous arrivons au petit village d'Araçatiba, à l'ouest de Ilha Grande qui n'a pas usurpé son nom, longue de plus de 20 kms, et haute d'au moins la moitié. Araçatiba a tout du petit coin de paradis, calme village longeant la côte ensablée de plages blanches sublimes et bordé sur les terres par la forêt ancestrale, celle-là même qui recouvre l'intégralité de l'île; seul bémol, la plateforme pétrolière qui se dessine au large, et sa cohorte de pétroliers qui attendent de faire le plein, faisant tâche dans ce décor des premiers âges. Malheureusement après avoir passé notre première journée à buller sur la plage sous la douce protection des arbres qui offrent de l'ombre tout au long de la journée, la météo s'est gâtée le lendemain, nous empêchant de randonner selon notre envie le long du sentier qui fait le tour de l'île en joignant une à une les innombrables plages, et donc d'accéder à la Praia Do Sul qui ouvre sur la réserve naturelle marine du sud d'Ilha Grande.
Nous retrouvons ici le trio de françaises dont nous nous étions séparé quelques jours plus tôt à Rio, et c'est en leur compagnie que nous quittons Araçatiba au troisième jour, ne voyant pas comment occuper notre temps ici quand la pluie ne veut pas nous laisser découvrir les beautés environnantes, pour aller à Abrao qui est le village principal de l'île sur la côte opposée. Nous faisons le voyage en bateau sous la pluie, encore , nous demandant si celle-ci arrivera à nous faire quitter Ilha Grande plus tôt que ce que nous avions prévu, mais le lendemain voit revenir le soleil, et nous permet donc enfin de partir explorer les merveilles de cette île dont la forêt omniprésente et les plages idylliques sont préservées autant que possible depuis une cinquantaine d'années.
De randonnée en virée en bateau, de session snorkeling, en demi-journée de plongée, nous avons profité au maximum des charmes de ce lieu paradisiaque où la nature arrive à garder ses droits face à l'affluence des touristes, et c'est avec une pointe de regrets que nous la quittons au bout de 5 jours, laissant par la même occasion derrière nous nos partenaires de voyage pour continuer en binôme notre périple, ma vieille amie Viviane et moi-même mettant le cap sur la petite ville de Paraty, un peu plus loin sur la Costa Verde si bien nommée.
Commentaires
Chargement des commentaires
Nouveau commentaire


Dernière mise à jour le mardi 14 mars 2017 à 09:01:55 UTC+1 - Signaler cette étape