Jour 164 : à 18:15 (heure locale)

C'est en fait l'entrée du Sud proprement dit, car le Myanmar partage avec la Thaïlande une longue partie ouest de la presqu'île qui en est la partie vraiment méridionale. Je retrouve d'ailleurs ici des paysages karstiques sublimes, que j'avais découvert à moindre échelle dans la région de Krabi. Je découvre ici le Myanmar des campagnes, car il est facile et rapide de sortir de cette petite ville de 50 000 âmes. J'ai fait à nouveau le voyage de nuit, avec un peu d'appréhension au souvenir du précédent , mais sans voisin qui me ronfle dans l'oreille, le sommeil s'avère bien plus facile à trouver, et je suis arrivé moins tard, vers 2h30, ce qui m'a permis une fois une chambre trouvée de faire un vrai morceau de nuit derrière.
Hpa-An en soi n'a rien de particulier à offrir, mais en louant un scooter on peut alors aller découvrir les merveilles de la nature environnante. La région est une immense plaine souvent marécageuse, plantée de rizières, et de cultures d'heveas et de canne à sucre, d'où émergent ça et là des montagnes aux falaises à pic, dressées comme des menhirs boisés parfois isolées, parfois regroupées autour d'une petite vallée féerique. C'est au milieu de ces montagnes surréalistes que se nichent des grottes de toutes tailles, dont la plupart sont depuis longtemps devenus des lieux de culte bouddhistes, dans lesquelles on évolue parfois à quatre pattes dans des boyaux pour accéder à une petite statue de bouddha posée sur le plat d'un stalagmite avec fleurs et bougies, où parfois debout, minuscule dans des salles sous-terraines grandioses où chantent par milliers des chauve-souris invisibles nichées dans des stalactites aux formes inimaginables. À l'entrée de certaines, les parois sont sculptées de milliers de petits bouddhas dorés à la feuille d'or, et des statues colossales de bouddhas assis, ou alongés trônent accueillantes ornées de leurs auréolés et guirlandes de leds multicolores.
J'ai donc passé deux jours à sillonner les environs, de temple en grotte, de montagne en rivière, me régalant, vraiment, de ce décor qui renvoie tant aux images fantasmées des beautés asiatiques.
Le dernier jour a été occupé en partie à me rendre à l'hôpital local afin de faire observer l'infection de mon oreille, qui si elle va mieux n'est toujours pas guérie arrivé à la fin de mon traitement. L'ORL me diagnostique un staphylocoque infectieux, gros mot qui n'a l'air d'inquiéter que moi, et me relance sur 5 jours d'antibiotiques plus adaptés. En sortant mon premier réflexe est de chercher sur internet ce que sous-entend ce diagnostic, pour réaliser que ça n'est pas forcément grave, mais juste un peu plus long à traiter qu'une infection classique.
Je pars ensuite en début de soirée en direction de Nyaung Shwe, au bord du lac Inle.
Commentaires
Chargement des commentaires
Nouveau commentaire


Dernière mise à jour le lundi 31 octobre 2016 à 09:34:02 UTC+1 - Signaler cette étape