Jour 111 : à 12:00 (heure locale)

Je suis donc parti en bus de Manali le dimanche en début d'après-midi, pour arriver à Goa le lundi dans la soirée après avoir pris un avion à Delhi. Mon séjour chez Mukesh m'a fait un grand bien: du repos à l'état pur, je repars frais comme ai premier jour de mon voyage, à quelques dysfonctionnements digestifs prêt, mais bon deux mois de bouffe indienne ne peuvent pas laisser intact un petit transit d' européen.
Le lendemain matin de mon arrivée, je fais ma traditionnelle marche de quelques heures dans Panaji, la capitale de l'état où je réside en auberge de jeunesse. Des le premier contact on sent que Goa n'est pas comme le reste de l'Inde (certains indiens disent que ça n'est pas l'Inde). Ancienne colonie portugaise, l'état de Goa, essentiellement chrétien et hindou, porte fièrement cet héritage. Si le Bengale oriental (par exemple) garde une animosité à fleur de peau envers son passé colonial, ici c'est une héritage qui semble préservé, comme à Darjeeling (ancienne colonie anglaise). Est-ce une bonne chose ou non, ça n'est pas à moi d'en juger, je le constate seulement. Les rues et les églises ont des noms portugais, les gens aussi pour certains, et l'architecture des maisons et églises est typiquement portugaise. Ici les toits sont recouverts de tuiles, les façades peintes d'une couleur, quand les toits de portes et de fenêtres sont blancs ou d'une couleur différente. Goa est un petit état, et sa capitale est la plus petite d'Inde avec à peine 150k habitants. C'est plutôt propre, calme, et les gens arrivent presque à conduire sans klaxonner.
Le décor quant à lui est complètement différent de ce que j'ai pu voir jusqu'à maintenant. C'est les tropiques! Les plaines de bord de mer sont recouvertes de champs et rizières entourées de cocotiers, que ce soit dans la campagne ou la ville, car à Panaji il est dans certains quartiers difficile de savoir si l'on est encore dans la ville ou non, tant les rizières en sont là périphérie directe.
Goa c'est aussi 50 ans de hippies qui viennent faire la fête, alors on trouve ici de l'alcool partout, ce qui n'est pas pour me déplaire, car j'ai beau aimer le thé, à l'apéro c'est un peu frustrant. En dehors de ça, on trouve ici des choses introuvables dans beaucoup d'autres états indiens, comme des terrasses, du vrai café, et du boeuf !
Aujourd'hui j'ai loué un scooter pour me promener dans les alentours, direction le sud, en repérage d'un endroit où je nos installer une semaine avec Bertrand en bord de plage. Ce fut la première fois depuis mes 15 ans que je conduisais un engin motorisé à deux roues, et à ma grande surprise, j'ai aimé ça, et n'ai pas eu peur (la circulation ici est plus cool qu'ailleurs, précisons le...). Bon ça m'a quand même valu une prune non officielle des flics locaux car je n'ai pas un permis qui m'autorise à conduire un 125, contre-danse négociée à 500 roupies au lieu de 1200, quand j'apprends à mon retour qu'elle est officiellement à 100... See faire endoffer n'est jamais agréable, mais par la maréchaussée, ça fout vraiment les glandes !!!
Bertrand doit arriver demain pour une semaine. Je me réjouis de sa venue, et ces quelques jours partagés avec un ami sont une perspective qui finiront de nettoyer la petite nostalgie qui pointait le bout de son nez 15 jours auparavant.
A suivre !
Commentaires
Chargement des commentaires
Nouveau commentaire


Dernière mise à jour le dimanche 11 septembre 2016 à 16:29:04 UTC+2 - Signaler cette étape