Jour 6 : à 15:30 (heure locale)

On arrive donc à Huaraz vers 6h, au soleil levant, nous offrant un ciel couvert avec des lumières splendides sur les montagnes de la cordillère blanche. Chouette, on va voir le ciel et le soleil ici ! Il faut savoir qu'au Pérou, dès qu'on quitte la côte, on monte en altitude. La ville de Huaraz atteint les 3000m d'altitude, soit plus que la plupart de nos pistes de ski françaises. On n'était jamais monté aussi haut, alors même que nous avons la chance de partir tous les ans au ski. On se demandait alors bien ce que ça engendrerait sur notre corps. C'est pas compliqué, on a la sensation d'avoir monté 4 étages d'un immeuble, alors qu'on vient juste de descendre dix marches ! On est vite essoufflé, et c'est difficile de reprendre son souffle sans s'arrêter complètement ! Il y a aussi souvent un petit mal de tête qui peut arriver (et devinez qui y a le droit !?). On fait le kilomètre nous séparant de notre hostel et on y pose les sacs. Paul, gérant-gentil-qui-gère-tout, nous annonce que le petit dej est inclus même pour ce matin ! PAR-FAIT ! On en profite donc pour se recoucher...repos bien mérité après avoir gravit les 3 étages d'escaliers de l'auberge (et une nuit en bus, accessoirement). Après un bon petit dej', on part se balader dans la ville de Huaraz. Plutôt grise, avec ses bâtiments pas finit, mais bien vivante avec son immense marché où on trouve de tout, et ses nombreux commerces en tout genre. Et encore une fois un belle Plaza de Armas. On a de la chance (un Morel chanceux, quelle originalité !), on tombe pendant le festival "del Señor de Mayo". Cela consiste en de nombreux défilés de groupes de danses et musiques des villages alentours. Ça anime plutôt bien la ville ! La journée se passe tranquillement, en reprenant notre souffle de temps à autre, et on trouve une petite cantine pour le dîner avant de rentrer nous coucher.
Le lendemain nous partons pour une première balade, la lagune de Wilcacocha (dans la cordillère noire), faisant aussi office de 2ème jour d'acclimatation. On prend le "collectivo" (minibus local) pour aller au point de départ de la ballade. 2h de montée pour arriver à la lagune de Wilcacocha. Un petit lac, avec son point de vue sur la vallée, à 3750m d'altitude. Pas de problème à signaler, si ce n'est le souffle toujours un peu court (mais 'y a du mieux !). On rentre dans l'après midi, pour se préparer à nos futures randos. En effet on a prévu de se faire une rando en autonomie pendant 3 jours ! On achète donc au super marché (bien plus sympa qu'un supermarché !) tout le nécessaire, et on se trouve une autre petite cantine pas cher comme on les aime. On rentre on fait les sacs, on loue la tente-matelas-sacs de couchages, et on se couche !
Debout 4h30 du matin, notre première étape c'est la "Laguna 69". Un bus vient nous chercher, avec 2 autres personnes de l'auberge, petit tour dans la ville pour récupérer les autres randonneurs et c'est parti pour 2h30 de route pour rejoindre le point de départ de la rando. Plus le trajet avance, et plus l'état de Céline se détériore. On fait un premier arrêt avec le bus a côté de la lagune de Llanganuco, au dessus des nuages. Elle avait un peu mal à la tête en partant de Huaraz, mais arrivée là-haut, c'est devenu une vrai grosse migraine. Il faut dire que le départ de la rando se trouve déjà à 3900m d'altitude. Plan d'origine: laisser nos gros sacs dans le bus et faire la journée rando jusqu'à Laguna 69, puis récupérer nos sacs et enchaîner sur le trek Santa Cruz, pour les 3 jours suivant. On part donc pour la rando, ça roule plutôt bien pour Clement, ce n'est pas vraiment ça pour Celine. La marche est pénible et lente pour Céline, et après 15 minutes de marche 1er vomissement, puis 5 minutes plus tard ça repart en vomissements. Et oui, après l'essoufflement et le mal de tête, ce sont les vomissements qui sont caractéristiques du mal des montagnes. On prend donc la décision du retour au bus de Céline (accompagnée d'une gentille israélienne pas très en forme elle non plus) et Clement continue seul la montée jusqu'à la Laguna 69 (il faut bien que quelqu'un prenne des photos !). Beau chemin de randonnée, avec magnifiques paysages, et arrivée sous la grêle à la Laguna 69. C'est un beau petit lac bleu, à 4600m, situé sous le glacier du Chacraraju, culminant lui à 6100m d'altitude. Pique-nique bien mérité, après 2h30 de montée. Et c'est reparti pour la descente ! Et au pas de course !
Commentaires
Chargement des commentaires
Nouveau commentaire


Dernière mise à jour le lundi 21 mai 2018 à 23:57:23 UTC+2 - Signaler cette étape