Jour 22 : à 10:00 (heure locale)

Réveil tardif, grasse mat' bien méritée, je reste au camping toute la matinée, dans ma voiture à l'abri du vent. Gros nuage depuis ce matin. Mais il ne pleut pas encore.
J'en profite pour "ranger" un peu mes affaires, photographier mes précieuses premières pages de mon carnet de parachutiste (voir photos plus bas), mettre à jour ce carnet, penser et repenser à mon saut, etc.

Vers 13h je pars en ville, me gare, prends mon mono et roule vers le centre. Je regarde le prix des billets pour les expos photos mais le temps très menaçant me fait continuer mon chemin, estimant qu'avec la pluie je ne pourrai pas me déplacer à travers toute la ville pour faire les expos. Je roule en mono, des gens sont surpris, admiratifs, un jeune garçon me suit un peu avec son vélo, les yeux grand ouverts... Le temps menace vraiment et j'ai faim, je m'arrête donc à une terrasse d'un resto, sur la Place du Forum. Après 10 coups de fourchettes l'orage éclate. Le déluge suit et on se rabat tous dans le resto. J'y reste une demi-heure après la fin du repas, à attendre que ça passe et à regarder la pluie inonder légèrement les rues et le resto. Je me dis que je ne vais pas rouler en mono sous cette pluie, et encore moins marcher pour me tremper les chaussures. Mais finalement la premier idée est la solution de la 2ème ! Et si je prenais mon mono pour aller à ma voiture ! Ça me permet de m'y rendre plus vite sans mettre les pieds dans l'eau ! Et hop je m'élance, et ça roule nickel. Des gens m'applaudissent à l'abri de la pluie, et sur mon chemin on me demande par deux fois : "Vous voulez pas m'emmener ?"
Commentaires
Chargement des commentaires
Nouveau commentaire


Dernière mise à jour le lundi 24 août 2015 à 10:40:38 UTC+2 - Signaler cette étape