Jour 19 : à 20:00 (heure locale)

Nous arrivons à PadangBai vers 11h, où nous sommes attaqués, non pas par les Tuktuks, mais par les rabatteurs des FastBoats ! Avec des bateaux surpuissants de 1500ch, ce n'est pas la drogue qu'on transporte mais les touristes à la recherche d'un coin de paradis sur les petites îles entre Bali et Lombok, pour faire la fête, de la plongée, ou simplement prendre du bon temps sur des plages de sable blanc à l'eau cristalline. Jusqu'au comptoir de la compagnie de ferry, on tente de nous rabattre vers ces Ferrari des mers, où le ticket est tout simplement 5 fois plus cher que notre bon vieux ferry, lent et sale, mais où on peut prendre le temps d'observer le paysage sans risquer un vomito ! 2h plus tard nous voici sur Nusa Penida, à chercher une chambre, que nous trouvons après quelques visites infructueuses. Penida est la plus grosses des deux îles du Sud-Est de Bali, c'est aussi la moins touristique et la plus nature, bref, tout ce qui nous plaît ! On se balade à pied l'après midi pour découvrir notre nouveau terrain de jeu. Les bateaux de pêcheurs sont prêts à prendre la mer, on longe la mer bleue turquoise et nous arrivons sur un centre d'activité de bord de mer, avec bars et piscines donnant sur la plage, bateaux et bouées gonflables... vide. Tout est vide, et semble abandonné. C'est dans cette ambiance étrange et bizarre qu'on se permet un premier petit bain dans la mer chaude. On rentre et on se trouve un petit warung qui deviendra notre restau des soirs à venir, avec vue sur la mer. Ça s'annonce pas trop mal, encore une fois !
Le lendemain, nous louons un scooter pour aller visiter l'île. On passe d'abord par Crystal Bay. Plage qui porte à merveille son nom, on passera la matinée à observer les poissons et coraux colorés dans une eau encore plus transparente que tout ce qu'on avait vu jusqu'à présent. Certes il y a pas mal de bateaux qui amènent les plongeurs, mais ca n'enlève pas la beauté de la vie sous marine (a défaut de l'abîmer dangereusement, quand on pensait voir trouble, c'était tout simplement une petite vague d'essence de bateau qui passait par là... ). On repart des poissons multicolores plein les yeux, pour la suite des aventures, notamment pour nous remplir la pense, parce que la baignade ça creuse ! On avait pu lire que l'état des routes dans certains coins de l'île était vraiment déplorable. On peut maintenant l'affirmer. Et "déplorable" est même un peu léger ! Entre cailloux, trous, boue, grosse descentes et donc, grosses montées, bref on a mis une plombe à faire les quelques kilomètres qui nous séparaient de notre prochaine visite. Mais ça valait le coup ! On arrive à Broken Beach, énorme trou cachant une plage, juste à côté de Angel's Billabong, une jolie côte où la mer vient s'écraser contre les falaises. On allait repartir quand Céline s'exclame "Clem ! Y a une raie Manta !!" On se rend compte en fait qu'il y 5 raies Manta qui se baladent ici sous nos yeux, elle paraissent immenses alors qu'on est à au moins 15 mètres au dessus de l'eau. On sait qu'il est possible de venir nager avec les raies Manta, mais sans savoir si elles seront là. On sait maintenant qu'elles sont bel et bien là ! On repart tout excités, en se disant que demain on se débrouille pour venir les voir et nager avec ! Notre excitation retombe bien vite quand on remonte sur le scooter, les fesses endoloris, avec touuuut le trajet retour à faire. Fatigués et courbatures dans des muscles inconnus jusque là (Céline surtout, Clément est censé les connaître !), il nous reste 3 minutes de scooter, quand la roue arrière chasse à gauche à droite. Même la roue est fatiguée ! Tellement fatiguée qu'elle nous a abandonné ! Si proche de l'arrivée ! On se demandait comment procéder quand un jeune s'arrête avec son petit camion-benne, et 3 minutes plus tard, le scooter monté dans la benne et Clement debout à le maintenir, nous sommes sur le chemin d'un réparateur. C'est avec un grand sourire qu'il nous dépose devant le garage 5 minutes plus tard. Et après une petite demi heure d'attente nous revoilà sur notre bête de course, presque comme neuve (pas tout à fait, on exagère un peu là). La journée se finit bien vite, après une bière et un repas englouti au son des vagues.
Commentaires
Chargement des commentaires
Nouveau commentaire


Dernière mise à jour le mardi 16 janvier 2018 à 08:03:43 UTC+1 - Signaler cette étape