Culture

Jour 68 : à 20:30 (heure locale)

C’est à La Faba l’un des derniers villages de la province de Castille, que l’on attaque la montée hautement symbolique de O Cebreiro perché à 1293 m. Attendu avec impatience…. car depuis le temps que j’en attends parlé et très redouté par d’autres. L’ascension n’est pas très longue mais toutefois assez physique, la pente est raide et humide dans sa première partie en sous bois, c’est une marche de toute beauté, une nouvelle fois en compagnie de genêts, bruyères et de petits villages hors du temps les derniers du chemin, car peut avant O Cebreiro… impossible de manquer la borne indiquant que je rentre dans la dernières région du Camino Francès : La Galice, région prospère.
Il est dit que O Cebreiro entre dans l’histoire du chemin dès le IX siècle, désolé il ne rentrera pas dans l’histoire de mon chemin… bien sûr ses chaumières où « pallozas » au toit de paille de seigle sont exceptionnelles et magnifiques mais cela ne suffit pas, faut-il encore qu’il y ai une âme ! Malheureusement je crains que le mont Cebreiro ne soit qu’un passage obligatoire sur l’itinéraire du touriste, un très beau village de pierre et surtout pas fait pour la bourse d’un pèlerin !
En Galice, je retrouve une signalétique du chemin digne à celui de Navarre, indiquant le décompte des kilomètres jusqu’à Santiago. A la sortie d’O Cebreiro le chemin ne finit pas de montée et descendre jusqu’à l’Alto San Roque, petit col culminant à 1240 m où se trouve une statue géante d’un pèlerin médiéval luttant contre les bourrasques fréquentes dans ces lieux.
De l’Alto San Roque à Triacastela, un large chemin conduit à rejoindre la vallée de l’Oribio, par les villages de Condesa, Fonfria et mon premier « horreos » Galicien, Triacastela n’échappe pas à la règle où soit peu de village-rue, profitant en face de l’albergue un salon de « peluqueria » je tentais une deuxième tentative de me faire tailler ma barbe avec succès cette fois…durant la coupe je dû m’éclisser avec mon tablier, pour vite récupérer mon linge sous l’orage qui venais d'éclater… des petites anecdotes qui donne de la saveur à ce chemin.
Commentaires
Chargement des commentaires
Nouveau commentaire


Dernière mise à jour le mardi 28 novembre 2017 à 18:47:12 UTC+1 - Signaler cette étape