Culture

Jour 76 : à 22:00 (heure locale)

Quitter le chemin, en revenant sur ses propres pas (jusqu'à Fisterra) vous assigne durement que votre chemin est bien fini et là d’un seul coup vous vous dite « je ne suis plus pèlerin » je suis plus rien ! Si un homme normal, ordinaire… et d’un coup vous vous dite… je rentrerai bien à pied, le chemin est en vous, il vous a tellement donné que vous n’avez point envie de le quitter… alors il reste ce dernier acte du pèlerinage assisté à la messe célébré chaque jour. Ses quatre traverses sont combes, à part « je vous salut Marie » et « notre père » mes yeux se perdent dans cette immense Cathédrale qui voit le début de sa construction en l’an 1075. Le pèlerin que je suis et là, comme les autres pour voir « valser » l’encensoir Botafumeiro au dessus de nos têtes…. en signe de purification spirituelle et "chasser" les mauvaises odeurs... chéri sent bon ...j'peux rentrer !
J’ai eu parfois l’impression d’assister à une rentrée des classes et de retrouver les « p’tits copains » : Hier soir, cela à commencé par le vendeur de journaux Italiens, rencontré avec père & fils, la petite bande du Couvent de Vaylat… ils ne se sont pas séparés de tout le chemin. Fabien, le pèlerin à la liberté totale et René mon Hollandais ! René je l’ai rencontré pour la première fois le 16 mai à la sortie d’une boulangerie, nous avons plusieurs fois partagé les mêmes gîtes et nous nous sommes perdues lors de l’étape du convent des filles de Jésus à Vaylats le 1er Juin ; Seul ce chemin peut vous donnez de telles émotions, une main sur une épaule et vous vous retournez et là devant vous… un grand gaillard Hollandais, pour qui vous avez souvent pensé, de peur qu’il lui soit arrivé « ce fameux grain de sable » et que vous retrouvez en pleine forme. Mais l’extraordinaire histoire de ces retrouvailles est le faite que nous avions une chance sur …. de nous revoir, car « Mon René » à suivi le chemin du Nord « le del norte ». Est-ce pas un miracle de plus ! Et puis tous ces visages croisés en chemin, accompagner par du célébrissime « buen camino ».
Au dessus de l’office Pérègrino, à lieu chaque jour une rencontre entres pèlerins, proposé par les hospitaliers de l’accueil francophone, l’idée étant d’engager une discussion sur le ressenti de son chemin, une sorte de débriefing que j’ai trouvé très utile. Suivi en fin de journée par une visite commenté de l’extérieure de la cathédrale l’histoire de l’Apôtre Saint-Jacques à nos jours.
Cette journée m’a permis de sillonner Santiago de Compostella de long en large, quelles empiètes souvenirs, assister à l’arrivée de groupe se congratulent, s’enlaçant au centre de cette gigantesque place et déguster enfin ma première coquille St-Jacques !
Commentaires
Chargement des commentaires
Nouveau commentaire


Dernière mise à jour le mardi 28 novembre 2017 à 20:35:12 UTC+1 - Signaler cette étape