Culture

Jour 63 : à 17:00 (heure locale)

Ne croyez pas que le Camino est un long fleuve tranquille, depuis Genève il me faut gérer "l'appel du corps " et pas un jour sans qu' un voyant orange me s'allume. Est-ce le faite d'être sous antibiotique qu'aujourd'hui j’essuie un grand coup de mou... avec une première conséquence, l'appel de Morphée.
Décidément les grandes métropoles espagnoles me porterait-elles pas la poise, après Burgos et Léon ce matin. L'approche de Léon est très ennuyeuse et sans intérêt et de surcroît rentrer dans une métropole après une gigantesque méga fête de deux jours déserté de ces occupant à de quoi être déstabilisant. Sur la place de cette magnifique cathédrale gothique Santa Maria de la Régla je retrouve un brin d'activité touristique... autant dire sans grand intérêt avec toute les dérives inutiles dès lors que les poches sont gorgés, euros, de dollars où de yuan chinois.
La particularité de Léon, aucune albergue ne se trouve dans le périmètre de son centre historique, même mieux certaines sont carrément à l'opposé de Compostelle de compostelle ! en ne m'attardant pas , je sais que je crée une grande désillusion futur, mais à l'heure d'aujourd'hui m'a seul obsession est d'arrivée à Santiago et ce "coup mou" n'est pas anodin.
Si "aven Léon" n'est point agréable que dire de sa sortie.... des quartiers tombant en désuétude et une ville-rue de banlieue bien sinistre par ce beau Dimanche de Juillet. Le seul point positif sera alimentaire avec ses commences ouverts et son albergue municipale flambant neuve aux portes d'une zone industrielle... Au grès de nos pas, nous passons du magnifique au très laid, laideur créé par cette modalisation sans âme et cœur.
Commentaires
Chargement des commentaires
Nouveau commentaire


Dernière mise à jour le mardi 28 novembre 2017 à 18:11:17 UTC+1 - Signaler cette étape