Sport

Jour 2 : de 10:00 à 17:00 (heure locale)

A l'office du tourisme de Moustiers, nous avons récupéré pas mal de documentation sur les sentiers de randonnées. Les gorges du Verdon offrent des dizaines de sentiers de tous niveaux. Parmi ces sentiers, j'en avais repérés via plusieurs sites Internet : l'Imbut, défini comme le plus spectaculaire et la plus belle des randonnées.

Après une petite négociation avec ma femme, nous nous sommes lancés dans l'Imbut. Nous nous sommes garés sur le parking des Cavaliers. Là, nous avons rencontré quelques pompiers. Je leur ai demandé le temps annoncé pour l'après midi. Ils m'ont dit en plaisantant "de la neige".. hum hum.

Il faut ensuite redescendre la route sur environ 100m et prendre à droite au panneau. Nous nous sommes ensuite enfoncés dans la végétation très dense. Le début du sentier descend sur 340 mètres de dénivelé. Nous avions l'habitude pendant les randonnées (habituellement en montagne) de débuter par une montée et finir tranquillement par la descente. Ici c'est l'inverse, on part d'en haut et on descend au fond des gorges.

On passe par la corniche du Vieux Cade, puis le "Styx" dans le canyon. On atteint ensuite le Maugué qui surplombe la rivière. Heureusement, une main courante sécurise le passage très glissant. Après ce passage, encore quelques dizaines de minutes de marche nous permettent d'arriver à l’Imbut. C'est l'endroit où le canyon se rétrécit : le Verdon s’engouffre dans une galerie souterraine.

Nous avions encore un peu d'énergie pour continuer après l’Imbut, en suivant des marques à la peinture sur les gros rochers. C'est plus difficile et plus technique. Il faut passer d'un bloc de pierre à l'autre pour arriver à la plage de galet de Baou Béni. Après un petit repos, il faut faire demi tour. C'est à ce moment là que nous nous sommes rendu compte que nous n'avions presque plus d'eau!

A la moitié de la randonnée retour, le ciel s'est rapidement assombri et nous avons commencé à augmenter notre rythme de marche en entendant les orages. A une heure de l'arrivée, il a commencé à pleuvoir, puis des grêlons se sont mis à tomber de plus en plus fort. La remontée est devenu très périlleuse car le chemin est devenu rapidement très très glissant. Il s'est mis à faire tellement sombre que nous nous sommes même égarés sur le haut de la randonnée (mal indiquée). Heureusement, nous avons pu apercevoir d'autres randonneurs pour retrouver notre chemin. A la fin de la randonnée, les 100 mètres de route qui nous séparait de la voiture s'étaient transformés en un torrent d'eau et de boue : impossible de repartir. Nous avons attendu que la pluie se calme De bons souvenirs après coup :)
Commentaires
Chargement des commentaires
Nouveau commentaire


Dernière mise à jour le dimanche 8 janvier 2017 à 15:45:02 UTC+1 - Signaler cette étape