Jour 87 : à 20:37 (heure locale)

Depuis mon dernier article, notre situation n'a pas énormément évolué. Nous sommes toujours à Renmark, travaillons toujours en ferme. Nous devons donc apprendre à vivre de façon différente, nous satisfaire de ce que nous avons ici et, tâche difficile, nous occuper si possible de façon productive.
Samedi passé, nous avons passé la matinée chez un fermier débutant qui, manquant d'expérience, manquait aussi d'organisation. Nous n'avons pas travaillé dur : des abricots et nectarines que nous devions cueillir, peu étaient apte à la vente et nos estomacs en ont bien profité. Matinée plutôt agréable. Le soir, nous avons organisé une petite fête entre colocs, afin de passer un chouette moment tous ensemble avant de voir tout le monde partir. Dimanche, Sébastien, Elise et moi sommes partis pour une Bushwalk, promenade le long de la rivière, parmi les serpents, fourmis et autres occupants de la terre rouge.
Le week-end d'avant, Elise et moi avions la chance de profiter d'un week-end de congé. Nous nous sommes donc rendues à pied à la ferme de Sébastien pour lui rendre visite par surprise. Impossible à trouver, nous avons demandé notre chemin à une australienne qui s'est empressée de nous embarquer, trop fière de nous mener à notre but. Le soir même, nous faisions la rencontre de thémis, la copine de Sébastien. Et le lendemain midi, notre quatuor de choc s'en est allé déguster un fabuleux pic nic au sommet de l'unique point de vue de Renmark, avant de prendre la route en direction inconnue. Sébastien, toujours en quête de nouvelles aventures, nous menait avec grand suspens vers "une surprise". Un fermier pour lequel il avait travaillé nous attendait le long de la rivière, accompagné de son bateau à moteur et de grosses bouées (dont je ne connais pas le nom) tirées par le bateau, sur lesquelles il faut s'allonger et bien s'accrocher. Par une telle chaleur, cette nouvelle façon d'explorer les alentours était bien venue.
Depuis lundi, Darrel, notre bien aimé patron n'a plus de travail pour nous. Nous sommes donc passées de ferme en ferme, enchaînant les travaux de jardinage, taille de vignes et autres tâches peu agréables sous la pression de fermiers encore plus détestables. Mardi, Sébastien nous a quittées, devant rejoindre ses parents atterrissant le lendemain à Sidney pour des aventures de 2 mois aux côtés de leur fils. Mercredi, Phil devenait notre seul et unique colocataire, les autres, déprimés par le calme de Renmark, retournant sur adelaide. Aujourd'hui, nous avons eu l'incroyable bonheur de retourner travailler chez Darrel. De plus, nous avons été promues : de l'éclaircissement de fruits, nous sommes passées à leur coupe. Nous passons maintenant nos journées assises sur une chaise, à couper en deux et disposer sur une planche des abricots. Les planches seront ensuite exposées au soleil durant plusieurs jours, jusqu'à ce que les fruits soient assez secs pour être vendus sur le marché. Darrel est le meilleur employeur que nous ayons eu jusqu'à présent et j'ai la forte impression qu'il ne sera pas détrôné d'ici la fin de l'année. Toujours attentif, il met à disposition une petite cuisine (frigo, eau chaude...), fournit même lait, thé et café et, aujourd'hui, alors que nous claquions des dents à cause du froid (ben oui, 20° quand même) il nous a apporté pulls et trainings. Et en plus, il nous paye correctement, ce qui est rare en ferme.
Ce soir, une canadienne est arrivée. Elle est sympa. Bientôt, un couple allemand devrait aussi repeupler notre maison.
Commentaires
Chargement des commentaires
Nouveau commentaire


Dernière mise à jour le jeudi 26 novembre 2015 à 11:45:47 UTC+1 - Signaler cette étape