Jour 247 : à 20:51 (heure locale)

Cela fait deux jours que je suis descendue du bus m'arrachant au rêve de Kep. Durant le trajet, j'ai rencontré Cassidy, jeune américaine qui taille la route depuis des années à la suite d'un bac en marketing dont l'unique but était de satisfaire ses parents. En face de moi était assise une française si maigre que je craignais a chaque instant de voir un os ou l'autre percer sa peu ridée et tatouée. Son attitude agitée, sa façon d'aborder chacun de nous laissait bien apparaître le personnage qu'elle était. Lorsqu'elle a appris que j'étais belge, son "ah.... J'ai un ami belge... Mais il est super gentil !" l'a tout de suite placée dans la case des racistes qui se justifient d'un "mais j'ai un ami noir, hein".
L'auberge dans laquelle je loge est très bien, malgré qu'il manque encore et toujours l'ambiance que je n'ai vécue qu'à "my place", à Adelaide, et que plus jamais je n'aurai la chance de revivre.
Depuis deux jours, je suis emprise d'une flemme aiguë. L'unique courage que j'ai (et encore) est celui de me déplacer jusqu'au restaurant. J'ai malgré tout fait un tour du quartier et apprécié l'architecture ancienne. Puis, comme j'ai perdu mon coupe-ongles depuis presque deux semaines, c'est en catastrophe que je suis entrée dans un super marché pour satisfaire un besoin presque vital (à la vue des dommages, vous auriez compris). Lorsque je suis passée devant un rayon rempli de déodorants, je me suis arrêtée un instant, perplexe. J'avais oublié que cette chose existait. Mais à quoi cela sert-il ici ? Peut-être à donner l'illusion que notre odeur ne fait pas l'effet d'une bombe atomique, je dis bien l'illusion...
Bref, dans tous les cas, demain je bouge !
Aucune photo
   lauramathy ne propose aucune photo pour cette étape.

Commentaires
Chargement des commentaires
Nouveau commentaire


Dernière mise à jour le mercredi 4 mai 2016 16:03:10 UTC+02:00 - Signaler cette étape